Chroniques du lundi

(Publiée le 23 janvier 2006 par Margot Bruyère)

Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée

La délicieuse marquise de la comédie écrite par Alfred de Musset avait raison, qui disait à son amoureux "Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée. Or, voilà trois quarts d'heure que celle-ci, grâce à vous, n'est ni l'un ni l'autre, et cette chambre est parfaitement gelée."
J'étais, comme la petite marquise, parfaitement glacée car la porte de ma maison ne fermait pas, ou plutôt fermait mal. Chaque fois que quelqu'un entrait ou sortait, tout le monde sursautait: et v'lan, on la ferme; et v'lan, ou l'ouvre! Les gonds gémissaient, le penne se déformait, la gâche s'usait. Ce n'était plus tenable.
J'ai fini par faire ce que j'aurais dû faire bien plus tôt (pourquoi ne fait-on jamais les choses en temps et en heure?). J'ai appelé mon voisin Denis au secours. Denis est un paquet de muscles de 1m90, plombier de son état, éleveur de moutons et de volailles par atavisme paysan, et dépanneur occasionnel. Une vraie bénédiction, cet homme!
Il est arrivé avec sa bonhomie tranquille, un tournevis, un petit pot de graisse et quelques rondelles de métal. Il a soulevé la lourde porte comme une plume, a ajouté quelques rondelles sur les gonds, a graissé le tout, remis la porte en place. En dix minutes tout était fini. Et, miracle, cette porte (que nous continuons de claquer par habitude), ferme toute seule: il faut même la retenir du pied lorsqu'on entre les bras chargés de bûches pour alimenter le feu!
— Denis, mon ami, les syndicats et les politiques devraient suivre ton exemple, lui ai-je dit.

Au lieu de claquer la porte des négociations, ne vaudrait-il pas mieux l'ouvrir et la fermer en douceur? Il suffirait pour cela de quelques rondelles de compréhension.


Retour Commentaire
 Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée (Margot Bruyère, 23-01-2006)
 RE: Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée (s.Mahéo, 16-04-2006)