Chroniques du lundi

(Publiée le 2 novembre 2009 par Margot Bruyère)

Lucky Luke

Il y a bien des années, j'avais innocemment demandé à un marchand de légumes des halles s'il avait des poireaux. C'était un petit homme dont la lèvre supérieure s'ornait d'une superbe moustache, et il m'avait répondu avec un geste théâtral:
— Madame, un marchand de légumes sans poireaux, c'est comme un baiser sans moustache!
J'y pensais l'autre jour en regardant avec mon petit-fils le film nommé "Lucky Luke". Je suis sortie de la salle affreusement frustrée: Il n'y avait là ni les frères ni la mère Dalton.
Lucky Luke sans les Dalton? Autant dire un baiser sans moustache!
Mais surtout, le justicier était devenu meurtrier; et cela c'est beaucoup plus grave.


Retour Commentaire
 Lucky Luke (Margot Bruyère, 02-11-2009)