Chroniques du lundi

(Publiée le 10 mai 2010 par Margot Bruyère)

Je commence à comprendre

Renoir (1841-1919) souffrait d'arthrite paralysante, de sorte qu'à la fin de sa vie, le bras gauche paralysé et la main droite recroquevillée, il demandait chaque matin à son valet de chambre de lui insérer dans le creux de la main, entre le pouce et l'index, un pinceau entouré de coton afin de pouvoir peindre encore et toujours. En dépit de la maladie et de la douleur, il travailla ainsi jusqu'à son dernier jour. Le matin de sa mort il peignait encore et il eut enfin la révélation du sens ultime de son œuvre: "Je commence à comprendre ce que je fais", dit-il.

Faut-il donc tant de douleur et de travail pour percevoir la plénitude d'une vie?


Retour Commentaire
 Je commence à comprendre (Margot Bruyère, 10-05-2010)
 RE: Je commence à comprendre (Françoise Piekarec, 16-05-2010)