Chroniques du lundi

(Publiée le 27 septembre 2010 par Margot Bruyère)

Les cent écus du savetier

La marée était haute, le soleil rayonnait, le vent n'était qu'une légère brise et j'avais pour moi seule 10 hectares d'eau limpide et lisse comme un miroir. Il est rare que toutes ces conditions soient réunies et j'ai sorti mon minuscule canot pour m'offrir une promenade à la rame. Quand je suis arrivée au fond de l'anse, le soleil amorçait son déclin et j'ai eu le privilège d'assister à l'arrivée des aigrettes blanches qui, dans un bruissement d'ailes, rejoignaient le grand châtaignier où elles se posent chaque soir pour la nuit. Tout comme le savetier de La Fontaine, je n'aurais pas cédé ma place pour cent écus: Le grand arbre sombre se parait d'une myriade de fleurs blanches aux reflets roses et bleus dans la lumière du soir.


Retour Commentaire
 Les cent écus du savetier (Margot Bruyère, 27-09-2010)
 RE: Les cent écus du savetier (Suzanne Brisemur, 28-09-2010)
 RE: Les cent écus du savetier (Danye, 21-10-2010)