Chroniques du lundi

(Publiée le 19 septembre 2011 par Margot Bruyère)

L'institutrice des Philippines

Un reportage télévisé montrait récemment une institutrice en retraite qui s'échine, depuis des années, à cultiver un coin de terre, en dépit des inondations et des changements climatiques. À la question du journaliste "Pourquoi vous obstinez-vous à travailler ainsi?" elle répondit, en levant vers lui un regard lumineux et étonné "Pour que les générations futures jouissent, elles aussi, de toute cette beauté".
Cette réponse me fait penser à Monet qui, à la veille de sa mort, disait humblement: "Je n'ai fait que regarder l'univers pour en montrer la beauté avec mon pinceau."
À défaut d'avoir le pinceau de Monet et l'opiniâtreté de cette institutrice, il serait bon que nous ayons, nous aussi, le regard tourné vers la beauté. Nous pataugeons si souvent dans la médiocrité et la laideur.


Retour Commentaire
 L'institutrice des Philippines (Margot Bruyère, 19-09-2011)