Chroniques du lundi

(Publiée le 7 mai 2012 par Margot Bruyère)

Les frappeurs de Laputa

Les habitants de Laputa étaient tellement occupés par leurs propres pensées, qu’ils n’avaient pas le temps de s’intéresser à celles des autres. Lorsqu'il arriva sur leur île, Gulliver remarqua que les personnages importants, ou qui se croyaient tels, étaient toujours accompagnés d’un domestique, le « frappeur ». Celui-ci était muni un bâton auquel était attachée une petite vessie remplie de pois secs. Il en frappait doucement la bouche ou l’oreille de son maître lorsque celui-ci devait parler ou écouter son interlocuteur.

Combien j’aimerais que cette pratique soit utilisée dans les débats politiques télévisés!


Retour Commentaire
 Les frappeurs de Laputa (Margot Bruyère, 07-05-2012)