Chroniques du lundi

(Publiée le 17 septembre 2012 par Margot Bruyère)

Pauvres riches

Dans le film de Jean Giono « Crésus », Fernandel apostrophe rudement un de ses voisins de table, berger comme lui, qui pleure misère : « Tu as faim, tu manges. Tu as soif, tu bois de l’eau fraîche. Tu as sommeil, tu dors. Et tous les jours que Dieu fait, tu regardes le cinéma de la nature en cinémascope. Tu appelles cela de la misère ? »

Je pensais, en l’écoutant, à tous ces pauvres riches qui ne peuvent pas manger, parce qu’ils sont diabétiques, qui ne peuvent pas boire d’eau fraîche, parce que cela n’existe plus guère, et qui ne peuvent pas dormir sans somnifères parce qu’ils sont insomniaques.
« Mieux vaut transmettre un art à son fils, que lui léguer mille pièces d’or » dit la sagesse chinoise.

L'argent ferait-il oublier l’art et la douceur de vivre ?


Retour Commentaire
 Pauvres riches (Margot Bruyère, 17-09-2012)