Chroniques du lundi

(Publiée le 8 octobre 2012 par Margot Bruyère)

Le Pouvoir et le Bonheur

Jean Le Rond, dit D’Alembert, souffrit toute sa vie d’être un batard. Il se vengea du destin en s’affirmant comme mathématicien, philosophe et encyclopédiste. Ce qu’on ne dit guère, c’est qu’il maniait admirablement la langue française, la belle langue du XVIIIe siècle, et utilisa ce talent pour refuser un poste très lucratif à la cour de Prusse, offert par le roi Frédéric II; arguant que la vie « retirée et obscure » qu’il menait lui convenait parfaitement et que «toutes les circonstances essentielles à mon bonheur ne sont pas en son pouvoir».
Voilà un bel exemple de capacité d’exprimer son indépendance d’esprit, de façon claire et limpide, en alliant le fond et le style, sans que l'un l'emporte sur l'autre.


Retour Commentaire
 Le Pouvoir et le Bonheur (Margot Bruyère, 08-10-2012)
 RE: Le Pouvoir et le Bonheur (ressayre, 10-12-2012)