Chroniques du lundi

(Publiée le 9 décembre 2012 par Margot Bruyère)

La philosophie de la caissière

J’avais lu que, pour dérouiller un antique fer en fonte, il fallait le tremper dans du coca-cola, boisson que je ne consomme pas. Me voici donc partie à la supérette du village chercher ce nectar et je taille une bavette avec la caissière qui m’indique ses « trucs de grand-mère », tandis que je lui dévoile les miens. J’étais la seule cliente et la discussion a duré un certain temps, à notre commune satisfaction. La caissière a trouvé la conclusion:
— Comme quoi, l’important c’est de dialoguer, a-t-elle dit. Cela permet de s’enrichir.

Quelle belle philosophie de la vie, en ces temps d’individualisme forcené, où chacun reste bloqué derrière son écran de télévision ou d’ordinateur.


Retour Commentaire
 La philosophie de la caissière (Margot Bruyère, 09-12-2012)