Chroniques du lundi

(Publiée le 11 mars 2013 par Margot Bruyère)

Les wagons de soleil

J’étais venue chez mon voisin le pépiniériste acheter des rhododendrons. Il pleuvait des cordes mais, en bons Bretons, nous ignorions superbement le déluge, la tête encapuchonnée et les pieds bottés de boue, enjambant des rangées d’arbustes perlés de pluie. Arrive un troisième larron dont le sourire défiait la grisaille mouillée.
— Ne vous inquiétez pas, nous dit-il d’un air malicieux en pointant un doigt vers le ciel gris et bas. J’ai vu arriver en gare de Quimper trois wagons de soleil, en provenance directe de Marseille.
Il avait raison : le lendemain, il faisait un temps superbe.

Comme disait Chantecler : c’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière.


Retour Commentaire
 Les wagons de soleil (Margot Bruyère, 11-03-2013)