Chroniques du lundi

(Publiée le 3 juillet 2013 par Margot Bruyère)

Tsunami chez les fourmis

J’avais entrepris de planter quelques œillets. Tout à coup, je ramène involontairement, au bout de ma pelle à main, une poignée d’œufs de fourmis. Dans l’instant une armée d'insectes commença à « driller », selon le joli terme de Ronsard, c’est-à-dire à sautiller sur les œufs, trois fois plus gros qu’elles, pour les rapporter au bercail.
J’ai toujours été fascinée par l’activité des fourmis ; enfant, je passais des heures à les regarder travailler et s’agiter en tous sens comme l’allumeur de réverbères du Petit Prince. Mais ici, je fus hypnotisée par la rapidité, l’organisation et surtout la solidarité qu’elles déployèrent pour faire face à ce tsunami. Dix minutes plus tard, rien ne pouvait laisser supposer un tel tremblement de terre : la surface du nid était plane, unie, et aucun œuf n’avait été oublié sur le terrain.

Qui fait mieux ?


Retour Commentaire
 Tsunami chez les fourmis (Margot Bruyère, 03-07-2013)