Chroniques du lundi

(Publiée le 6 janvier 2014 par Margot Bruyère)

Le tonneau de Diogène

Pour protester contre la frénésie de ses compatriotes, Diogène roula son tonneau sur une esplanade et, nous dit Rabelais "en grand véhémence d'esprit, déployant ses bras, le tournait, virait, brouillait,barbouillait, hersait, versait, renversait, grattait, flattait, barattait, battait, boutait, butait, tarabustait, culbutait, trépignait, trempait, tapait, étoupait, détoupait, détraquait, tricotait, tripotait, chapotait…".

Deux siècles plus tard, un auteur inconnu laissait, dans une vieille église de Baltimore, un texte superbe commençant par ces mots: "Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence".

Que l'année qui vient vous apporte, en dépit du vacarme et de la hâte que dénonçait Diogène, quelques plages de silence et de paix.


Retour Commentaire
 Le tonneau de Diogène (Margot Bruyère, 06-01-2014)