Chroniques du lundi

(Publiée le 3 mars 2014 par Margot Bruyère)

L'eau et le feu

Il pleut, il ne cesse de pleuvoir et de tempêter sur la Bretagne, où les inondations se succèdent. Notre petite route est transformée en un ruisseau qui, heureusement, s'écoule dans la Mer Blanche, une lagune relativement calme. Les jardins se mesurent en hectolitres et non plus en ares: les puisards refusent d'accepter encore et toujours plus d'eau, les pelouses sont des marécages, et on ne peut sortir que botté et chapeauté.
Mais de quoi me plaindrai-je? La maison est sèche et chaude. Chaque soir, tandis que le ciel déverse ses trombes d'eau au dehors, je relis ce poème de Paul Eluard, affiché sur le manteau de la cheminée:
"Je fis un feu, l'azur m'ayant abandonné.
Un feu pour être son ami,
Un feu pour m'introduire dans la nuit de l'hiver,
Un feu pour vivre mieux."


Retour Commentaire
 L'eau et le feu (Margot Bruyère, 03-03-2014)