Chroniques du lundi

(Publiée le 28 octobre 2016 par Margot Bruyère)

La palette des épluchures

Nous étions installées au soleil. J'épluchais les légumes pour la soupe, et ma visiteuse, percluse de rhumatismes, me regardait faire. En dépit de son handicap elle est gaie comme un pinson, bavarde comme un pie, et toujours à l'affut de quelque merveille: une fleur, un arbre, un papillon… Soudain, elle s'est exclamée en regardant les épluchures qui jonchaient la table de jardin:
— Comme ces couleurs sont belles!
Prosaïquement occupée à préparer la soupe, il ne m'était pas venu à l'esprit d'admirer la palette des épluchures: l'ivoire de la doubeurre, le rouge des carottes, l'or translucide des oignons, le vert ardent des poireaux et le vert sombre de la courgette.
Il faut avoir gardé une âme d'enfant pour s'émerveiller ainsi.


Retour Commentaire
 La palette des épluchures (Margot Bruyère, 28-10-2016)