Chroniques du lundi

(Publiée le 31 janvier 2007 par Margot Bruyère)

Le stéthoscope du cœur…

Lorsque Laennec eut inventé le stéthoscope, Chateaubriand fit paraître dans "Le Conservateur" un article élogieux sur son médecin et ami, où il déclarait: "Cette belle et grande invention fera époque dans l'histoire de l'art. Si l'on pouvait inventer une machine pour entendre ce qui se passe dans la conscience des hommes, cela serait bien utile au temps où nous vivons".

J'ai eu récemment le privilège de recevoir une "machine" qui m'a permis d'entendre, non pas dans la conscience des hommes, mais dans le cœur d'une femme; une sage-femme en retraite qui m'a donné spontanément, à l'issue d'une causerie, le stéthoscope dont elle s'était servi durant toute sa carrière pour écouter battre le cœur des enfants dans le ventre de leur mère. C'est un simple stéthoscope d'obstétricien, en aluminium, maladroitement réparé à la jointure, quelque peu cabossé par les chutes qu'il a subies. Il servait encore dans les années 1980.

C'est pour moi le plus beau, le plus noble, le plus précieux des stéthoscopes.


Retour Commentaire
 Le stéthoscope du cœur… (Margot Bruyère, 31-01-2007)