Chroniques du lundi

(Publiée le 6 mars 2007 par Margot Bruyère)

Le rat de ville et le rat des champs

En descendant le chemin qui mène à ma maison, j'ai rencontré mon voisin Marcel, philosophe en sabots. Nous avons parlé de la tempête qui soufflait cette nuit,de la pluie qui menaçait à l'ouest et de la splendeur rosée des magnolias en fleurs. Nous sommes tombés d'accord sur le fait que nous préférions tous deux vivre à la campagne plutôt qu'en ville.
— En ville, me dit-il sentencieusement, on n'est pas chez soi.
Je l'ai regardé, admirative et étonnée, pensant à la fable de La Fontaine qui dit exactement la même chose :
"Demain, vous viendrez chez moi.
Ce n'est pas que je me pique
de tous vos festins de roi;
Mais rien ne vient m'interrompre:
Je mange tout à loisir."

Après tout, l'important est que les citadins aiment la ville et les paysans la campagne.


Retour Commentaire
 Le rat de ville et le rat des champs (Margot Bruyère, 06-03-2007)