Chroniques du lundi

Poster un commentaire sur :

"La presse politique utilise souvent, paraît-il, le verbe godiller pour "déprécier une action lente et de direction incertaine d'un gouvernement".

Si le godilleur est effectivement moins rapide que le rameur, sa direction est tout aussi certaine… tout au moins pour un godilleur sachant godiller. Or, je doute fort que nos gouvernants et nos journalistes politiques sachent godiller!

J'ai constaté avec étonnement que, de nos jours, la plupart des navigateurs de plaisance ignorent l'art de la godille. Quand le moteur est en panne et qu'il n'y a pas un souffle de vent, comment avance-t-on s'il n'y a pas une godille à bord? Je suppose qu'on appelle la SNSM.

J'ai appris enfant à godiller, et mon maître en la matière était un ancien officier de marine. Il ne m'a lâchée que lorsque l'aviron ne sortait pas de l'eau où il dessinait des huits parfaits, et lorsque le sillage qu'il traçait était parfaitement rectiligne. C'est une excellente leçon de vie: persévérance et endurance.

Toujours est-il que je suis devenue "professeur de godille" pour des voisins charmants qui ont un bateau de plaisance et ne savent pas godiller!"

Titre
Contenu  
Auteur
E-mail

Poster