« Je marche mieux quand ma main serre la tienne »

Igor est un adolescent comme les autres, à ceci près qu'il a fait une tentative de suicide et qu'il entre à l'hôpital pour apprendre comment dominer son mal-être, se maîtriser et, enfin, aimer la vie.

C'est cette lutte et cette victoire contre la maladie que les Adocrivains ont racontées, puis écrites au fil des mois. J'y ai, certes, apporté ma "patte", modifiant par-ci, allégeant par-là, rédigeant parfois lorsque le vocabulaire manquait, mais ce roman sort directement de l'imagination des Adocrivains et surtout de leur vécu.

Ce texte bouleversant est d'une si poignante beauté et porteur de tant d'espoir qu'il sera certainement d'une grande aide pour les adolescents qui se battent afin de trouver leur équilibre et, partant, leur joie de vivre.

Le titre est extrait de la dernière strophe d'un poème qu'Alfred de Musset dédia à son frère, revenant d'Italie :

Ami, ne t'en va plus si loin.
D'un peu d'aide j'ai grand besoin,
Quoiqu'il m'advienne.
Je ne sais où va mon chemin,
Mais je marche mieux quand ma main
serre la tienne".

L'inspiration

Durant l'année 2003, j'ai animé un atelier d'écriture pour les adolescents soignés à l'UHEA (Unité d'hospitalisation des enfants et adolescents) de l'hôpital Charcot à Caudan dans le Morbihan. Tous ces jeunes avaient vécu des situations très douloureuses et l'équipe soignante de pédopsychiatrie, dirigée par le Docteur Philippe Yuang, espérait que cet atelier pourrait leur être bénéfique.

Le résultat fut au-delà de nos espérances : après quelques séances de tâtonnement, les jeunes eurent l'idée d'écrire un roman mettant en scène un adolescent qui, comme eux, entre à l'hôpital pour s'y faire soigner. A travers ce texte se dessine l'univers de souffrance qui est le leur, fait de désespérance et de lutte, mais aussi d'espoir et de victoire sur la maladie. Le roman se termine bien : c'est un hymne à la vie.

Ce texte n'était initialement pas destiné à être publié. Cependant, plusieurs psychologues, à qui je l'ai fait lire, m'ont fortement incitée à le faire connaître, m'assurant qu'il serait d'une grande aide pour les adolescents qui se battent pour trouver leur équilibre et, partant, leur joie de vivre. Après avoir obtenu l'accord des Adocrivains, l'hôpital Charcot m'a donné son autorisation.

ALÉAS-Éditeur, avec lequel je travaille depuis de nombreuses années, veut bien se charger de cette publication ; qu'il en soit ici remercié.

Les droits d'auteur seront reversés à l'hôpital Charcot et serviront à financer d'autres ateliers pour les jeunes en souffrance.

Ce qu'ils en disent…

Des belles rencontres germent les belles histoires. Celle de Margot Bruyère et des "Adocrivains" de l'hôpital Charcot a donné naissance à un livre "Je marche mieux quand ma main serre la tienne" ou comment mettre des mots sur les maux. La plume qui soigne... Cachée derrière les écrits, perce l'envie de croire à la victoire sur la maladie. C'est un hymne à la vie.
Le Télégramme, éditions Bretagne, juillet 2007

Je marche mieux quand ma main serre la tienne

Éditeur : Aléas
Année : 2007
ISBN : 978-2-84301-173-6
86 pages
Prix : 12 €

Livre disponible dans toutes les bonnes librairies, sur le site de l'éditeur (www.aleas.fr) et sur...