Monday News Updates

(Published on March 19, 2018 by Margot Bruyère)

Quarante écus

Un gingko biloba, venu tout droit du jardin de Goethe à Weimar, a été confié à mon jardin. Ses feuilles, et aussi son tronc, sont doubles, de sorte que je m'émerveille avec le poète:
"Est-ce un être vivant, qui s'est scindé en lui-même, sont-ils deux qui se choisissent, si bien qu'on les prend pour un seul?"

Non seulement il a été chanté par un génie, mais il possède un nom éblouissant: "l'arbre aux quarante écus", prix du repas que le botaniste français Perigny offrit à son fournisseur anglais.

Je suis donc riche du plus vieil arbre du monde (250 millions d'années), et des écus d'or qui se déversent chaque automne sur ma pelouse.


Back Comment
 Quarante écus (Margot Bruyère, 03-19-18)